San Francisco interdit la reconnaissance faciale

16 May 2019 0 By DorianFERLONI

La ville de San Francisco a décidé d’interdire l’usage de la reconnaissance faciale par ses services publics. C’est la première fois qu’une municipalité s’empare des pouvoirs législatifs pour bannir ce type d’utilisation.

Les élus de San Francisco à l'origine du texte interdisant la reconnaissance faciale veulent promouvoir un usage « sûr et responsable » de ce type de technologie. (Crédit : Serge Leblal)
Les élus de San Francisco à l’origine du texte interdisant la reconnaissance faciale veulent promouvoir un usage « sûr et responsable » de ce type de technologie. (Crédit : Serge Leblal)

C’est une première. Après avoir évoqué une éventuelle interdiction pendant plusieurs semaines, les autorités de San Francisco sont passés à l’acte en prohibant officiellement l’usage de la reconnaissance faciale par les services municipaux de la cité californienne, y compris par la police. La loi, rédigée par Aaron Peskin, membre du conseil de supervision de la ville et ancien chef de file du parti démocrate local, obligera également les services de la ville à communiquer sur les autres technologies de surveillance actuellement utilisées. Les services devront aussi obtenir l’approbation du conseil de supervision de la ville pour tout projet susceptible de recueillir ou de stocker les données d’une personne.

« Il s’agit de prouver que nous pouvons être en sécurité sans pour autant devenir un état sécuritaire, que nous pouvons avoir de bons services de police sans être un état policier », a déclaré M. Peskin lors de la réunion du conseil d’administration de la ville, mardi. Ce dernier doit cependant voter une fois de plus sur l’ordonnance avant qu’elle ne soit officiellement adoptée et qu’elle ne soit soumise à la signature de la maire, London Breed. Sauf changement, l’aéroport et le port de San Francisco, réglementés par le gouvernement fédéral, devraient être exemptés de l’interdiction.

D’autres villes américaines pensent à l’interdire aussi

La ville californienne est donc la première à utiliser les moyens législatifs pour mettre au ban la reconnaissance faciale à travers la vidéosurveillance. Mais elle n’est pas la seule à y avoir pensé. Toujours en Californie, les conseils municipaux d’Oakland et de Berkeley pourrait voter une mesure similaire plus tard cette année, tandis que les autorités de Somerville, Massachusetts, ont récemment commencé les discussions autour de ce sujet. Rappelons que, dans le cas de San Francisco, la loi ne concerne pas les entreprises privées, si tant est qu’elles ne vendent pas de produits à la municipalité.

Article rédigé par Bastien Lion Journaliste