Microsoft s’appuie sur JPMorgan pour son service managé blockchain

16 May 2019 0 By DorianFERLONI

Basé sur la plateforme de registre distribué d’entreprise Quorum de JPMorgan, le premier service blockchain entièrement managé de Microsoft délivrera des mises à jour logicielles automatiques et des outils de gouvernance clés. Il permettra aussi de créer des contrats intelligents.

La plate-forme blockchain Quorum managée de JPMorgan sous forme de service Azure doit permettre de construire et mettre en route plus facilement des réseaux de chaînes de blocs dans le cloud sans nécessité d'investir dans une infrastructure interne. (crédit : Xresch / Pixabay)
La plate-forme blockchain Quorum managée de JPMorgan sous forme de service Azure doit permettre de construire et mettre en route plus facilement des réseaux de chaînes de blocs dans le cloud sans nécessité d’investir dans une infrastructure interne. (crédit : Xresch / Pixabay)

Juste avant le début de la Build Developer Conference 2019 qui a lieu du 6 au 8 mai à Seattle, Microsoft a annoncé sa première plate-forme de gestion de la chaîne de blocs basée sur Azure utilisant la technologie Quorum de classe entreprise pour la gestion des grands livres distribués de JPMorgan. Depuis 2015, le service Azure de Microsoft permettait aux utilisateurs d’installer un certain nombre de plates-formes blockchain, notamment Enterprise Ethereum, Hyperledger Fabric, R3 Corda, et Quorum. Mais jusqu’à présent, ce service n’offrait que l’approvisionnement et l’installation. Désormais, Microsoft s’occupera non seulement de l’installation de la plate-forme autorisée Quorum, mais aussi de livrer des correctifs et des mises à jour logicielles. Le service comporte également une suite complète d’outils de développement d’applications plus un template de gestion qui permet, par exemple, de définir qui peut rejoindre la blockchain Quorum. « Rien de tout cela n’existait auparavant. Les clients devaient résoudre ces questions par eux-mêmes », a expliqué Johnathan Rose, responsable marketing senior de la blockchain chez Microsoft.

Au mois de novembre dernier, Microsoft avait lancé Azure Blockchain Workbench, un kit de développement dans le cloud dotant les services Azure de capacités de gestion des clés de chiffrement, des identités et des données hors chaîne, plus des API de messagerie. Cette architecture de référence pouvait être utilisée pour créer rapidement des applications basées sur la chaîne de blocs. « Mais les clients demandaient de plus en plus une infrastructure gérée par Microsoft et un set d’outils avec Visual Studio Code, Logic Apps et Flow pour créer des contrats intelligents, gérer le code de ces contrats et interagir avec eux – envoyer des données depuis et vers les contrats intelligents », a encore expliqué JT Rose. « Nos conversations avec JPMorgan tournaient autour des mêmes problématiques. C’est ainsi que notre conception initiale sur l’infrastructure a évolué pour s’axer davantage sur les applications et d’autres offres », a ajouté M. Rose.

Quorum basé sur une blockchain open source publique Ethereum

Selon Microsoft, la plate-forme blockchain Quorum managée de JPMorgan sous forme de service Azure va permettre aux clients du fournisseur et à ceux de l’institution bancaire de construire et mettre en route plus facilement des réseaux de chaînes de blocs dans le cloud, sans avoir besoin d’investir dans une infrastructure interne. Avivah Litan, vice-présidente de la recherche chez Gartner, a déclaré que même si le marché de la chaîne de blocs se dirigeait vers des services gérés, il ne s’agissait pas de services entièrement gérés – comme dans le cas d’un modèle sur site. De plus, la plupart de ces services ne sont pas interopérables avec d’autres clouds. « La blockchain Azure ne peut parler qu’à d’autres nœuds de blockchain Azure. Il ne peut pas parler avec AWS ou Google », a ajouté Mme Litan. « En fait, le seul qui interagit, et encore, pas à tous les niveaux, c’est le cloud blockchain d’IBM : il permet d’exécuter un nœud sur un cloud IBM, un cloud AWS ou sur site ». En réalité, on est encore loin d’une véritable interopérabilité inter-clouds ou de la possibilité d’exécuter les contrats intelligents s’exécutent. Or c’est l’un des principaux intérêts de la chaîne de blocs. « C’est un des aspects à développer », a ajouté Mme Litan. « L’élément important cependant, c’est que les entreprises ont du mal à déployer des chaînes de blocs, et de ce point de vue là, les services managés basés sur le cloud vont certainement les aider à accélérer leurs processus ».

Quorum a été développé l’an dernier par JPMorgan sur la base de la blockchain open source publique Ethereum, laquelle offre des capacités de contrats intelligents. Cependant, JP Morgan a opté pour une chaîne de blocs autorisée ou privée, ce qui signifie que l’entreprise utilisatrice peut décider qui elle autorise à rejoindre le registre. Inversement, les chaînes de blocs publiques, comme le bitcoin, n’ont aucune restriction d’accès. « En utilisant Quorum, les entreprises de tous les secteurs d’activité pourront passer de la gestion de l’infrastructure au développement d’applications, pour finalement créer une valeur commerciale innovante », a expliqué Microsoft dans une déclaration conjointe avec JP Morgan. « Grâce à Azure Blockchain Service, les clients pourront profiter d’une croissance rapide de leur réseau, de coûts réduits, d’un déploiement simplifié et d’une gouvernance intégrée ».

Personne d’autre que Microsoft pour JPMorgan

En plus de fournir une plate-forme qui permet aux clients de construire des réseaux et des applications de chaînes de blocs, Quorum va continuer à alimenter les programmes et les applications blockchain de JPMorgan et de Microsoft, comme l’Interbank Information Network, le JPM Coin (une monnaie numérique stable ou garantie par une monnaie digitale) et le processus de paiement des redevances Xbox de Microsoft. « JPMorgan a probablement choisi la plate-forme Azure de Microsoft par nécessité, car c’est le seul service cloud géré supportant déjà Ethereum, sur lequel est basé Quorum », a estimé Avivah Lita. AWS a bien annoncé son intention de soutenir Ethereum, mais actuellement le fournisseur ne supporte que Hyperledger, comme c’est le cas d’IBM pour son service géré. Et Google ne dispose pas de service managé de la chaîne de blocs. « Il n’y avait vraiment personne d’autre que Microsoft », a répété Avivah Litan.

Avec la création du JPM Coin en février dernier, JPMorgan est devenue la première grande banque à proposer une cryptomonnaie adossée à une monnaie fiduciaire. Cette monnaie pourrait être utilisée sur la plate-forme blockchain Quorum pour les transactions transfrontalières. Un JPM Coin a la même valeur qu’un dollar américain. Les tests de la nouvelle cryptomonnaie devraient débuter dans les prochains mois. « Lorsqu’un client envoie de l’argent à un autre client via la chaîne de blocs, les JPM Coin sont transférés et échangés instantanément contre leur valeur en dollars américains, ce qui réduit les délais de règlement habituels », explique JPMorgan dans une FAQ en ligne. La technologie réduit également les frais en supprimant l’intermédiaire d’une banque qui se charge généralement de la compensation et de la bonne exécution de la transaction. La communauté des fournisseurs de services Blockchain-as-a-Service ne cesse de croître. A côté de Microsoft et JPMorgan, on trouve déjà Amazon, Google, IBM et Oracle. La blockchain poursuit sa croissance et son évolution. Elle devrait générer plus de 160 milliards de dollars d’ici 2023.

Article rédigé par Lucas Mearian, Computerworld (adaptation Jean Elyan)